Nikita une artiste avant – gardiste

Nikita une artiste avant-gardiste

Je trouve très inspirant de participer ou de créer un projet , d’ entrer en fusion avec différents domaines , la culture , la gastronomie , la société , le collectif , l’individuel et l’ isolé le reflet de la vie planète terre qui est pour moi d’une grande richesse que j’ observe et d’où peut naitre une mise en scène composé et entouré de peintures , d’écritures , d’ objets et d’outils improvisés ceux qui vise à explorer les notions d’inventions et de réinventions .
J’aime réitérer des paramètres qui peuvent engendrer une pensée, donner une vision à travers les relations entre de ses personnes avec ses valeurs positives ou négatives ou avec un regard que je porte sur eux et mon romancier se construit avec une vision particulière et intéressante du monde des individus en phase qui révèlent une même perception du monde par complémentarité , par ressemblance ou par convergence de vue et arrive le dessin une conception du monde dominante dans l’œuvre et l’écriture . Ce qui permet une véritable intelligence interpersonnelle .

Biographie de l’artiste Nikita :

Les peintures, les dessins, les photos et les installations de Nikita sont à l’égale d’elle-même : Nikita contient sa part de secret enfoui quelque part sous la matière ou l’image ; laquelle se révèle pour qui saura regarder.
Elle cherche à se laisser apprivoiser tout en gardant au fond d’elle-même l’esprit sauvage d’un passé dont elle souhaite taire la souffrance. Elle est cette artiste avant-gardiste qui cherche à ressentir plus qu’à comprendre.
Avec un geste pictural qui contient sa dimension graphique, elle prend le risque de laisser le spectateur décontenancé.
De ses années de formation artistique, et une part autodidacte, elle a gardé ce coup de crayon qui la maintient au contact de la terre ; la figure est là, présente graphiquement juste en dessous, avec toute la force de la charge psychique qu’on peut lui rattacher, mais elle se cache, se dérobe au regard avec une extrême pudeur pour n’apparaître qu’à de brefs instants dans la pénombre ou en pleine lumière. Il en va de même quand elle s’attache à reproduire les écorces des arbres, armée de sa bombe aérosol avant qu’elle ne gratte la matière jusqu’à obtenir l’effet escompté. « Lorsque l’on regarde un arbre, on est loin d’imaginer les trésors qu’il abrite », le titre d’une de ses œuvres renseigne sur le bouillonnement intérieur d’une artiste qui cherche la stabilité, la force et le calme dans ses propres racines. Sous ses doigts experts nait une danse : celle des variations très colorées des
essences de bois au cœur de la forêt.
Une œuvre, une photo, une écriture , une installation de Nikita ne se regarde pas, elle s’approche, elle se vit comme un instant de profonde intimité. Elle ne s’approprie pas non plus, au contraire c’est elle qui vous choisit, après s’être laissé longuement désirer. « En tant qu’artiste, je m’applique à donner à voir combien est invisible l’invisibilité du visible », explique-t-elle comme pour mieux abandonner le spectateur à son propre désir. Pour aborder mon travail, d’abord un titre : un mot simple, descriptif et dépouillé, qui prend l’apparence d’un affect. Une minceur du propos qui permet l’ouverture vers un espace imaginaire insoupçonné. Le reste n’est que sensation, émotion fortuite, dans le cadre d’une relation nourrie entre l’artiste peintre et sa création et le spectateur. Nulle certitude cependant….. Elle apparait presque inaccessible, tant elle se dérobe à nouveau, entrainant la sensation furtive au loin avec ce besoin de liberté de penser , d’expression , de conscience éperdue. Au spectateur de trouver le fil conducteur, d’accepter de plonger dans l’émotion afin de la vivre pleinement.

Laisser un commentaire